FranceDeep State mondialEurope

Macron et les médias

0

« On n’est plus au temps de l’ORTF* »

…Le communicant Jacques Pilhan pouvait cacher les secrets de François Mitterrand sur son passé, sa santé, sa famille. C’était accepté et possible car on pouvait faire pression et mettre un journaliste sur écoute, ce qui poserait beaucoup de problèmes aujourd’hui, heureusement.
L’affaire Benalla, ce n’est pas que la Contrescarpe, c’est aussi quelqu’un qui a cru qu’on pouvait utiliser la brutalité physique à l’égard de la presse. Car Benalla avait pour mission, entre autres, de mettre à distance les professionnels indésirables. Dans le livre Mimi (Grasset, 2018), des journalistes racontent la volonté d’écarter des photographes de façon parfois violente.
Autre exemple, le cas de Sébastien Valiela, qui est représentatif des rapports changeants entre la presse et le pouvoir. En 1994, il prend la photo de Mazarine, la fille cachée de Mitterrand, qui ne paraît dans Match qu’avec l’accord de l’Elysée. Vingt ans plus tard, il photographie un autre François, en scooter, mais cette fois l’image est publiée dans Closer sans demander l’avis du Président. Or le même Valiela, qui fait aujourd’hui partie des photographes travaillant pour «Mimi» Marchand, prend des photos du couple Macron, avec l’accord du pouvoir. Il bénéficie de la faveur du prince au détriment d’autres professionnels, qui sont mis à l’écart. C’est symbolique d’un incroyable retour en arrière…

…La différence est qu’on a moins d’attachement en France à l’égard de la liberté de la presse que dans le monde anglo-saxon. L’interview proposée par la présidence à la presse quotidienne régionale pour les élections européennes, par exemple, est inenvisageable outre-Manche car elle a été voulue, relue et corrigée par l’Elysée. Les médias étrangers, choqués, se sont demandé comment on pouvait accepter d’être un relais de la communication du Président….

Qui est la conseillère en communication du couple Macron, ex-dealeuse qui a fait de la prison ?

“Personnage romanesque”, “sulfureux” et aux multiples vies, Michèle Marchand, 71 ans, aujourd’hui reine de la presse people, fascine. Celle qui a tour à tour été garagiste, tenancière de boîte de nuit, épouse d’un braqueur puis d’un policier, passée par la case prison, avant de devenir la “papesse des paparazzis” est aujourd’hui … la conseillère en image du couple Macron….C’est au moment de la campagne présidentielle de 2017 que Mimi Marchand fait son apparition dans l’entourage du couple Macron. Au moment où le futur Président “souffre d’un déficit de notoriété” et où des rumeurs circulaient sur l’homosexualité d’Emmanuel Macron, Xavier Niel, le patron de Free, conseille au couple de se rapprocher d’un conseiller en communication. Il leur présente alors Michèle Marchand. “Mimi va réussir à marketer le couple, à vendre l’histoire d’amour.[…] Elle les a mis en lumière, elle les a vendus, elle a contribué à leur élection.”, assure Pauline Guèna. Pendant la campagne présidentielle, ils feront 30 couvertures de magazine, contre 16 pour Fillon et 6 pour Marine Le Pen…

Sources complètes :
Macron et les médias : «On n’est plus au temps de l’ORTF»
Qui est la conseillère en communication du couple Macron, ex-dealeuse qui a fait de la prison ?
De Fresnes à l’Elysée : la biographie sulfureuse de Mimi Marchand

* L’Office de radiodiffusion-télévision française (ORTF) est un établissement public à caractère industriel et commercial créé en 1964 – à la suite de Radiodiffusion-télévision française (RTF) 1949 – et démantelé en 1974, qui avait pour mission la tutelle de la radiodiffusion et de la télévision publique française, la gestion des émetteurs et de la production audiovisuelle nationales et régionales. À la suite de la dissolution de l’ORTF, TDF a récupéré le statut de radiodiffuseur français au sein de l’UER, bien que TF1 soit devenue membre de l’union dès 1975. En 1982, Antenne 2, FR3 et Radio France sont devenus membres de l’UER. Dès 1983, TF1, Antenne 2, France 3, Radio France et TDF s’unissent pour former l’Organisme français de radiodiffusion et de télévision (OFRT), dont le sigle rappelle celui de l’ancien diffuseur français. Neuf ans plus tard, en 1992, l’OFRT devient le Groupement des radiodiffuseurs français de l’UER (GRF). Le GRF est aujourd’hui constitué de TF1, France Télévisions, Canal+, Radio France et Radio France internationale (RFI).

Sylvie FOURCADE

Uranium One scandal

Previous article

Division ? Je vais bien moi…

Next article

You may also like

Comments

Comments are closed.

More in France