FranceGilets Jaunes

Rapport de situation sur le mouvement Gilet jaune. Acte XXVI

0

Par le Saker Francophone – Le 14 mai 2019

Acte XXVI

Les Gilets jaunes à nouveau dans la rue pour leur 26e samedi de mobilisation. Après les manifestations de la semaine dernière marquées par une faible mobilisation dans la foulée du 1er mai, l’épicentre s’est déplacé ce samedi en province avec Lyon et Nantes comme pôles d’attraction. Mais aussi Lille et, bien sûr, Paris.

Des tensions à Nantes où les policiers sortent leurs armes. Un journaliste de la chaîne d’information CNews a été touché par un tir de LBD au niveau du bas ventre. Ce qui n’empêche pas la bonne humeur de certains manifestants.

Comptage de 37 529 manifestants dans les rues sur 121 localités recensées à cette heure, première estimation basse de la mobilisation, selon le Nombre jaune. Après six mois de manifestations, France Police-Policiers en colère estime la participation à l’acte 26 des Gilets jaunes à environ 60 000 manifestants partout en France. Cette estimation tient compte des Gilets jaunes présents sur les ronds-points ce jour. Quant au gouvernement, il en est à 18 600.

lacrymocratie

On constate donc bien, cette fois, un essoufflement du mouvement dans la rue, sûrement dû en grande partie aux violences policières qui commencent à en effrayer plus d’un. Macron ne peut pas pour autant crier victoire car sa cote de popularité est au plus bas (13% comme nous le verrons plus bas).

Pour cette acte XXVI moins de violences policières mais plus de fouilles, mises en garde à vue et destructions de stands sur les ronds-points. La technique de répression du mouvement passe de la violence à l’humiliation, voir au harcèlement et à l’intimidation, comme pour cette Gj youtubeuse qui est partie se mettre à l’abri en Angleterre.

Arrestation de Franck Noury de Radio Tongossa Info, Place de la République à 19h. Identifié avec un casque PRESSE. Toujours en garde à vue dans le 5ème à cette heure.

Violences policières

On a quand même de plus en plus de preuves que travailler chez les CRS rend con.

Amadou, un étudiant de 23 ans, a été frappé sans explication par quatre policiers au sein même de sa résidence universitaire.

Un jeune homme, la tête recouverte d’un sac de tissu blanc, menotté et plaqué contre la devanture d’un restaurant par un policier. Cette interpellation sidérante a été enregistrée par une passante, le 9 mars, dans le XXe arrondissement, à Paris. Choquée et redoutant d’éventuelles représailles des forces de l’ordre, elle n’a pas souhaité s’exprimer mais a tenu à transmettre cet enregistrement que Mediapart diffuse. Voici la réponse du syndicat policier majoritaire (c’est-à-dire financé par l’État, c’est-à-dire par l’argent du contribuable) face à cette affaire :

pas problematique

Il fallait vraiment oser. Et bien ils le font et c’est a cela qu’on les reconnait

« La balance ! » L’injure prisée des voyous est le titre d’un tract du syndicat de police Synergie officiers. Et l’homme qu’on accuse d’avoir trop parlé est un colonel de gendarmerie, Michaël Di Meo, qui a imprudemment répondu aux questions de BFM, dans un long format diffusé le 8 avril, « Police, au cœur du chaos ».

Même BFMTv est obligé de se fendre d’un article sur l’incroyable lenteur des enquêtes de L’IGPN pour les 240 enquêtes sur des violences policières.

Selon un CRS interviewé anonymement par France 3 Occitanie, si cette situation ne s’arrête pas, il peut y avoir des conséquences graves. « Là, chez nous, on a atteint le point de rupture, il faut vraiment que cela s’arrête parce qu’on va tomber malade, il va y avoir des burn out, des situations familiales ingérables qui peuvent entraîner des suicides », a-t-il averti.

D’ailleurs même des journaux ploutocrates comme Le Monde commencent à montrer des signes d’inquiétudes envers cette violence policière. Le 13 mai, pas moins de 4 articles sur le sujet sont publiés. « Je ne l’excuse pas, mais je comprends le craquage : les policiers face à leur propre violence » ; « Briser l’engrenage de la violence lors des manifestations » ; « Violences policières : quand des ‘gilets jaunes’ disent manifester ‘la boule au ventre’ » ; « Violences policières :  Une même blessure peut être le résultat d’une violence légitime comme illégitime ».

Reconstitution, vidéos par vidéos d’une agression policière typique par tactique de nasse.

Une petite vidéo pour comprendre un peu mieux le dressage de CRS.

cris

Une justice aux ordres

« Il est bon de rappeler que la garde-à-vue participe des violences d’État. Cellules exiguës et infectes qui puent la pisse ; couvertures en laine incrustées de poils, de peau et de sécrétions en tous genres (quand il y a des couvertures) ; souffleries froides ; lumières éblouissantes en permanence ; bancs de béton  bouffe en gelée de l’entreprise Bocage ; absence de kits d’hygiène ; toilettes turques qu’il faut quémander à des flics indifférents, stupides, agressifs ou violents… C’est sans compter la multitude d’abus et de petites humiliations qui accompagnent la fouille, les auditions et le temps passé en cellule. »

Une Gilet jaune handicapée accusée de violences envers des policiers « avec usage et menace d’une arme ». Cette arme est son fauteuil roulant.

Le verdict des quatre Gilets jaunes accusés d’avoir mis le feu à une barrière de péage à Narbonne est tombé. Outre 288 000 euros d’indemnisation à verser à Vinci Autoroutes, ils ont été condamnés à deux ans de prison, dont 12 mois avec sursis.

« Gilets jaunes » : comment la justice freine les plaintes contre la police.

Un gouvernement en déroute

Paranoïa sécuritaire au menu des commémorations du 8 mai. Des Champs Élysées vides, un peuple empêché de commémorer ce « jour de la liberté ». C’est bien la première fois que l’on voit un Président de la République saluer des arbres et des lampadaires…Cela n’empêchera pas Macron de se faire huer et siffler au passage de son cortège par les rares spectateurs présent. Cela vaut tous les sondages de popularité,

Habitué aux déclarations douteuses, Castaner rempile : « Mercredi, à l’occasion des commémorations du 8-Mai, le ministre de l’Intérieur a loué l’action des policiers engagés dans la Résistance ». Un historien tient pourtant à lui rappeler que « Dans le cadre de la convention d’armistice du 22 juin 1940, s’est mise en place une collaboration d’État, par laquelle le gouvernement s’est engagé à mettre la police et la gendarmerie françaises au service des occupants ».

Le 9 mai, c’est 30 000 fonctionnaires qui sont descendus manifester dans la rue contre la destruction du service public par le gouvernement.

Plus de cent médecins appellent dans une tribune sur L’Express au boycott du fichage [des Gjs hospitalisés au fichier] SI-VIC et à s’opposer à leur administration afin de garantir aux patients leur anonymat. Ils demandent l’ouverture d’une enquête parlementaire. « Pour nous, médecins, l’existence même d’un fichier parallèle renseigné après sélection de nos patients pour n’y entrer que les ‘gilets jaunes’ est parfaitement anti-déontologique. »

Nouvelle « bavure » du gouvernement. Deux touristes français sont pris en otage au Bénin, dans une région pourtant classée à haut risque. Des militaires français sont obligés d’intervenir pour les délivrer, deux sont tués pendant l’assaut. Que fait alors Macron ? Au lieu de recevoir les familles de militaires tués à l’Élysée, il va accueillir les deux otages lui-même à l’aéroport. Provoquant l’indignation de nombreux Français qui trouvent cette récupération politique assez sordide.

Au menu de la rencontre, le 10 mai 2019, entre le président et Mark Zuckerberg, patron de Facebook, un rapport veut imposer aux réseaux sociaux des « obligations de transparence ». Il semble que Macron réalise l’importance qu’ont les réseaux sociaux dans l’ampleur du mouvement des Gjs et veuille faire quelque chose contre en appliquant des « obligations de transparence » dignes d’une langue de bois dont il est spécialiste. Nous verrons vite si Zuckerberg obéira à Macron ou pas. Dans la réponse très langue de bois de Zuckerberg, on disingue quand même cette phrase « While I am sure we won’t agree on everything, it’s important to get this right – people use lots of different online services and the internet should be one platform that everyone can access on the same terms. », [même si je suis sûr que l’on ne sera pas d’accord sur tous les points, il est important de comprendre ceci – les gens utilisent différents services en ligne et internet doit être une plateforme a laquelle tout le monde doit pourvoir accéder dans les mêmes conditions].

Voilà ce dont Macron a parlé avec Zuckerberg : « Toutefois, avec cette nouvelle proposition de loi ‘contre la haine’, qui vise précisément le type d’infractions visées dans cette affaire, Google ou Facebook devront obligatoirement censurer en 24 heures les contenus ‘manifestement’ illicites qui leur seront signalés, sous peine de sanctions allant jusqu’à 4% de leur chiffre d’affaire. Dans ces conditions, seront-ils vraiment capable de refuser de censurer les contenus signalés par la police ? ».

Samuel Laurent, journaliste pour la rubrique « Les Décodeurs » du Monde, est en train de mettre en évidence une énorme campagne twitter de troll de la part des équipes de La République en Marche. Des faux comptes, avec notamment des photos d’actrice porno, qui likes et retweet des posts par milliers, tous pro LREM. « On vit une époque formidable où un compte LREM sous pseudo avec une fausse photo (remontez ce fil) [d’une actrice du porno] nous parle des manipulations des réseaux sociaux ».

Alors que le gouvernement français prétend que « le mouvement des gilets jaunes a détruit plus d’emplois et plus de richesses que la plupart de ce que nous avons connus depuis les dix dernières années », l’INSEE pense que « Si le mouvement des ‘gilets jaunes’ a pu avoir des conséquences localement sévères, son impact macroéconomique à court terme a, sans conteste, été plus faible que son retentissement politique et médiatique ».

Au terme d’une enquête, le journaliste Marc Endeweld a publié le livre « Le grand manipulateur » où il revient sur les liens que le président français aurait établis en Algérie. Il s’agit notamment de deux oligarques, les hommes d’affaires influents Ali Haddad et Issad Rebrab, arrêtés en avril dans le cadre d’enquêtes sur des affaires de corruption. Qui se ressemble s’assemble.

Selon le dernier sondage BVA pour les deux ans de présidence de Macron, le socle des « soutiens » inconditionnels du président s’est réduit à 13% et 65% des Français se déclarent « plutôt mécontents » de son mandat. Le décrochage est particulièrement net chez les jeunes de moins de 35 ans. Ceux qui s’informent plus par les réseaux sociaux que par la télé ou les médias ploutocrates.

Des médias qui désinforment

On dirait que les médias se préparent à remettre en question une éventuelle défaite des partis classiques aux européennes. « Les hackers russes soupçonnés d’ingérence dans les élections européennes ».

Actions des Gjs

Un groupe de Gjs s’est déplacé jusqu’à Londres pour manifester son soutien à Julian Assange.

Le phénomène Gj inspire de nombreux livres, qui se vendent bien :

Cœur de boxeur. Un livre d’Antoine Peillon sur Christophe Dettinger, le fameux boxeur Gilet Jaune qui fait reculer les CRS à coups de crochet du droit.

Jojo le Gilet Jaune de Danièle Sallenave en 3eme position des ventes de livres de la semaine.

Crépuscule, de Juan Branco, reste toujours en tête des ventes de livres pour la 6eme semaine d’affilé, malgré la censure qu’il subit de la part des médias grand public.

Les Gilets jaunes changent la France par un vrai progrès politique et intellectuel. C’est le constat que font ces invités de France culture après six mois de mobilisation des gilets jaunes, qui signalent la fin du « néolithique » (politique). Avec Pascale Fautrier, Loïc Blondiaux professeur de science politique à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et Pierre Zaoui philosophe, maître de conférences à l’université Paris VII-Diderot, membre de la revue Vacarme.

« Macron est à la tête d’une bande de malfaiteurs qui détruit le pays. » Sud Radio est une « radio Gilet Jaune » ou le politiquement correct est proscrit. À écouter sans modération.

Prêt de voiture, démarches administratives, solidarité avec des personnes sinistrées, … L’association « Les Ronds-Points du cœur » découle du mouvement des gilets jaunes. Voici leur site internet.

On parle beaucoup de boycott des entreprises qui ne payent pas leurs impôts ou de celles tenues par les oligarques, parmi les Gjs. Hors, L’action d’Iliad, la maison mère de Free, société appartenant a Xavier Niel, affiche un recul de 40% sur les douze derniers mois après un exercice 2018 marqué par un repli du nombre de ses abonnés fixes et mobiles et de son chiffre d’affaires en France.

Le Conseil constitutionnel a donné son feu vert jeudi à la proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) de parlementaires opposés à la privatisation d’Aéroports de Paris. Mais ce n’est que la première étape d’un long processus qui montre bien que le RIP est beaucoup moins démocratique que le RIC demandé par les Gjs. La prochaine étape sera pour ses initiateurs de recueillir en neuf mois, par voie électronique, l’approbation d’au moins 10% du corps électoral, soit plus de 4,7 millions de personnes.

Face à une répression évidente de toute forme de lutte, les auteurs de cette tribune appellent à « la constitution d’un large front commun contre l’autoritarisme et la criminalisation de la contestation ». Ils organisent pour cela une « rencontre nationale contre la criminalisation des luttes », samedi 11 mai, à Paris.

La vision du mouvement Gj par une personne qui vit le mouvement de l’intérieur et qui explique ce qui se passe au delà des manifestations hebdomadaires. « Finalement, nous commençons à mettre en place un monde parallèle ! Nous nous réunissons, nous innovons, nous partageons, nous inventons une nouvelle façon de vivre en communauté. Nous le faisons totalement pacifiquement et en respectant le plus possible les lois de cette société obsolète que nous laissons dernière nous ».

Certains Gjs participent a « Un geste pour tous », une association caritative qui distribue des repas gratuits à ceux qui en ont besoin.

La liste des artistes ou autres travailleurs du spectacle soutenant les Gjs en est maintenant à 22 000 signatures. Ils ont aussi fait un petit film pour l’occasion.

Un groupe de Gj s’est invité aux cérémonies du Molière, diffusée sur France 2. Ils ont décerné « le Molière du déshonneur incontestablement et à l’unanimité du jury, à M. Macron et son gouvernement. M. Franck Riester, nous vous remettons le Molière du déshonneur parce que vous participez à cette grande fête et en même temps, vous coupez partout dans le budget de la culture ». « Techniciennes, techniciens et artistes présents ce soir, ne nous regardez pas, rejoignez-nous, le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple », a lancé une autre manifestante. Fidèle à sa désinformation sur le sujet des Gjs, France 2 a coupé la scène dans sa retransmission de la cérémonie.

Le Saker Francophone

Les Gilets Jaunes de France. « Nous ne lâcherons rien ».

Previous article

SIX WAYS THE CABAL INFLUENCES THE WORLD

Next article

You may also like

Comments

Comments are closed.

More in France