0

Inside the secret network behind mass surveillance, endless war, and Skynet… part 1 (January 22, 2015)

Insurge Intelligence, a new crowd-funded investigative journalism project, breaks the exclusive story of how the United States intelligence community funded, nurtured and incubated Google as part of a drive to dominate the world through control of information. Seed-funded by the NSA (National Security Agency) and CIA (Central Intelligence Agency), Google was merely the first among a plethora of private sector start-ups co-opted by US intelligence to retain ‘information superiority.’

The origins of this ingenious strategy trace back to a secret Pentagon-sponsored group, that for the last two decades has functioned as a bridge between the US government and elites across the business, industry, finance, corporate, and media sectors. The group has allowed some of the most powerful special interests in corporate America to systematically circumvent democratic accountability and the rule of law to influence government policies, as well as public opinion in the US and around the world. The results have been catastrophic: NSA mass surveillance, a permanent state of global war, and a new initiative to transform the US military into Skynet.

In the wake of the Charlie Hebdo attacks in Paris, western governments are moving fast to legitimize expanded powers of mass surveillance and controls on the internet, all in the name of fighting terrorism.

US and European politicians have called to protect NSA-style snooping, and to advance the capacity to intrude on internet privacy by outlawing encryption. One idea is to establish a telecoms partnership that would unilaterally delete content deemed to “fuel hatred and violence” in situations considered “appropriate.” Heated discussions are going on at government and parliamentary level to explore cracking down on lawyer-client confidentiality.

What any of this would have done to prevent the Charlie Hebdo attacks remains a mystery, especially given that we already know the terrorists were on the radar of French intelligence for up to a decade.

There is little new in this story. The 9/11 atrocity was the first of many terrorist attacks, each succeeded by the dramatic extension of draconian state powers at the expense of civil liberties, backed up with the projection of military force in regions identified as hotspots harbouring terrorists. Yet there is little indication that this tried and tested formula has done anything to reduce the danger. If anything, we appear to be locked into a deepening cycle of violence with no clear end in sight.

As our governments push to increase their powers, INSURGE INTELLIGENCE can now reveal the vast extent to which the US intelligence community is implicated in nurturing the web platforms we know today, for the precise purpose of utilizing the technology as a mechanism to fight global ‘information war’ — a war to legitimize the power of the few over the rest of us. The lynchpin of this story is the corporation that in many ways defines the 21st century with its unobtrusive omnipresence: Google.

Google styles itself as a friendly, funky, user-friendly tech firm that rose to prominence through a combination of skill, luck, and genuine innovation. This is true. But it is a mere fragment of the story. In reality, Google is a smokescreen behind which lurks the US military-industrial complex.

The inside story of Google’s rise, revealed here for the first time, opens a can of worms that goes far beyond Google, unexpectedly shining a light on the existence of a parasitical network driving the evolution of the US national security apparatus, and profiting obscenely from its operation. The following :

The shadow network…
The Highlands Forum…
The Pentagon’s intellectual capital venture firm…
The Club of Yoda…
Information warfare…
Excluding the public…
Google: seeded by the Pentagon…
Total Information Awareness…
Google, DARPA and the money trail…
Google captures the Pentagon…
Rumsfeld and persistent surveillance…
The surveillance-startup nexus…
The Goldman Sachs connection…
Fighting terror with terror…
Complete source Part 1 https://medium.com/insurge-intelligence/how-the-cia-made-google-e836451a959e

Why Google made the NSA, part 2 (January 22, 2015)

Mass surveillance is about control. It’s promulgators may well claim, and even believe, that it is about control for the greater good, a control that is needed to keep a cap on disorder, to be fully vigilant to the next threat. But in a context of rampant political corruption, widening economic inequalities, and escalating resource stress due to climate change and energy volatility, mass surveillance can become a tool of power to merely perpetuate itself, at the public’s expense.

A major function of mass surveillance that is often overlooked is that of knowing the adversary to such an extent that they can be manipulated into defeat. The problem is that the adversary is not just terrorists. It’s you and me. To this day, the role of information warfare as propaganda has been in full swing, though systematically ignored by much of the media.

Here, INSURGE INTELLIGENCE exposes how the Pentagon Highlands Forum’s co-optation of tech giants like Google to pursue mass surveillance, has played a key role in secret efforts to manipulate the media as part of an information war against the American government, the American people, and the rest of the world: to justify endless war, and ceaseless military expansionism. The following :

The war machine…
Knowledge is Power…
The ‘long war’…
Yoda and the Soviets…
Enron, the Taliban and Iraq…
Enron and Pentagon war planning…
The Pentagon’s propaganda fixer…
The surveillance-propaganda nexus…
Irregular war and pseudo-terrorism…
Strategic communications: war propaganda at home and abroad…
The empire strikes back…

No more shadows

Yet in the long-run, the information imperialists have already failed. This investigation is based entirely on open source techniques, made viable largely in the context of the same information revolution that enabled Google. The investigation has been funded entirely by members of the public, through crowd-funding. And the investigation has been published and distributed outside the circuits of traditional media, precisely to make the point that in this new digital age, centralized top-down concentrations of power cannot overcome the power of people, their love of truth and justice, and their desire to share.

What are the lessons of this irony? Simple, really: The information revolution is inherently decentralized, and decentralizing. It cannot be controlled and co-opted by Big Brother. Efforts to do so will in the end invariably fail, in a way that is ultimately self-defeating.

The latest mad-cap Pentagon initiative to dominate the world through control of information and information technologies, is not a sign of the all-powerful nature of the shadow network, but rather a symptom of its deluded desperation as it attempts to ward off the acceleration of its hegemonic decline.

But the decline is well on its way. And this story, like so many before it, is one small sign that the opportunities to mobilize the information revolution for the benefit of all, despite the efforts of power to hide in the shadows, are stronger than ever.

Complete source Part 2 https://medium.com/insurge-intelligence/why-google-made-the-nsa-2a80584c9c1

Dr Nafeez Ahmed is an investigative journalist, bestselling author and international security scholar. A former Guardian writer, he writes the ‘System Shift’ column for VICE’s Motherboard, and is also a columnist for Middle East Eye. He is the winner of a 2015 Project Censored Award for Outstanding Investigative Journalism for his Guardian work.

Nafeez has also written for The Independent, Sydney Morning Herald, The Age, The Scotsman, Foreign Policy, The Atlantic, Quartz, Prospect, New Statesman, Le Monde diplomatique, New Internationalist, Counterpunch, Truthout, among others. He is the author of A User’s Guide to the Crisis of Civilization: And How to Save It (2010), and the scifi thriller novel ZERO POINT, among other books. His work on the root causes and covert operations linked to international terrorism officially contributed to the 9/11 Commission and the 7/7 Coroner’s Inquest.

This exclusive is being released for free in the public interest, and was enabled by crowdfunding. He would like to thank his tremendous community of clients for their support, which gave him the opportunity to work on this thorough investigation. Thank you for supporting independent investigative journalism for global commons.6

Comment la CIA créa Google, 1ère partie (22 janvier 2015)

Au cœur du réseau caché derrière la surveillance de masse, les guerres sans fin, et Skynet…

Insurge Intelligence, un nouveau projet de journalisme d’investigation en financement participatif, révèle en exclusivité les méthodes employées par les agences de renseignement étasuniennes pour financer, couver et incuber Google, dans le dessein de dominer le monde au travers du contrôle de l’information. Google, financée dès le tout début par la NSA (National Security Agency) et la CIA (Central Intelligence Agency), ne fut ni la première, ni la dernière jeune pousse du secteur privé à se voir cooptée par les renseignements américains pour maintenir une ‘supériorité informationnelle’

Les origines de cette stratégie ingénieuse remontent à un groupe secret sponsorisé par le Pentagone, qui a joué le rôle de lien, ces vingt dernières années, entre le gouvernement étasunien et les élites des mondes des affaires ; de l’industrie ; de la finance ; des multinationales ; et des médias. Ce même groupe a permis à des intérêts bien particuliers des grandes sociétés étasuniennes d’éluder systématiquement tout contrôle démocratique et même les lois, afin d’influencer les politiques du gouvernements et de façonner les opinions publiques aux USA et partout dans le monde. Les résultats en sont désastreux : la surveillance de masse exercée par la NSA, un état permanent de guerre mondiale, et des actions récentes visant à transformer l’armée étasunienne en Skynet. »

Au lendemain des attentats de Charlie Hebdo à Paris, les gouvernements occidentaux se hâtent de légiférer pour attribuer de nouveaux pouvoirs à la surveillance de masse, et au contrôle d’Internet, le tout au nom de la lutte contre le terrorisme.

Les hommes politiques, des deux côtés de l’Atlantique, ont appelé à protéger l’espionnage type NSA, et à faire progresser les possibilités d’entraver la vie privée sur internet, en rendant le chiffrement illégal. Une idée qui se répand consiste à vouloir, via un partenariat avec les télécoms, effacer unilatéralement tout contenu considéré comme « propageant la haine et la violence », dans des situations considérés comme « appropriées ». Des discussions énergiques sont en cours dans les gouvernements et les parlements, pour rompre le principe de confidentialité des échanges entre l’avocat et son client.

Il paraît bien mystérieux de se figurer en quoi l’une ou l’autre de ces actions aurait pu empêcher les attentats de Charlie Hebdo, d’autant plus qu’il est établi que les terroristes étaient connus des services de renseignement français depuis une dizaine d’années.

En fait, il n’y a rien de bien nouveau jusqu’ici. Les atrocités du 11 septembre furent le début d’une longue série d’attentats terroristes, à chaque fois suivis par des extensions incroyables des pouvoirs des États, au détriment des libertés publiques, sur fond d’envoi de troupes dans les régions considérées comme des points chauds hébergeant des terroristes. À ce stade, aucune indication n’incite à penser que cette formule, pourtant tant employée, ait fait baisser les niveaux de danger. En revanche, il apparaît que nous nous enfermons dans une spirale infernale de violence, sans réelle possibilité d’en sortir.

Alors que nos gouvernements maintiennent la pression pour gagner en pouvoir, Insurge intelligence peut à présent révéler l’étendue de l’implication de la communauté du renseignement étasunienne dans la couvaison des plate-formes web que nous connaissons aujourd’hui, dans le but précis d’utiliser la technologie comme mécanisme de combat dans une « guerre de l’information » mondiale, visant à faire apparaître comme légitime le pouvoir de quelques-uns sur nous tous. Le pilier de cette étude est l’entreprise qui définit le XXIème siècle à de multiples égards, de par son omniprésence imperceptible : Google.

Google se pare des atours d’une société technologique amicale, branchée, simple à utiliser, ayant bâti son succès par une combinaison de talent, de chance et d’innovation authentique. Et toutes ces facettes sont réelles. Mais elles ne constituent qu’un fragment de l’histoire. Dans la réalité, Google est un écran de fumée, derrière lequel évoluent les acteurs du complexe militaro-industriel étasunien.

L’histoire racontée de l’intérieur de la montée de Google, révélée pour la première fois par ces lignes, dévoile une pieuvre dont les tentacules vont bien plus loin que Google ; de manière inattendue, elle dévoile l’existence d’un réseau parasite, qui conduit les évolutions de l’appareil de sécurité nationale étasunien, et tire des profits obscènes de son fonctionnement. La suite en français :

Le réseau caché…
Le Highlands Forum…
La société de capital risque intellectuel du Pentagone…
Le Club de Yoda…
La guerre de l’information…
Fermé au public…
Google : une jeune pousse plantée par le Pentagone…
Prise de conscience totale de l’information…
Google, la DARPA, et le chemin suivi par l’argent…
Google capture le Pentagone…
Rumsfeld et la surveillance permanente…
Le noyau espionnage-jeune pousse…
La connexion à Goldman Sachs…
Combattre la terreur par la terreur…
Source complète 1ère partie https://lesakerfrancophone.fr/et-la-cia-crea-google

… et Google créa la NSA, 2e partie (22 janvier 2015)

La surveillance de masse constitue avant tout un moyen de contrôle. Ses promoteurs peuvent crier sur tous les toits, et peuvent même penser, que ce contrôle contribue à l’intérêt général, que ce contrôle est nécessaire pour contenir une forme de désordre ou pour rester vigilant face aux menaces de l’avenir. Mais dans un contexte de corruption rampante des milieux politiques, d’inégalité économiques qui augmentent, et de stress sur la disponibilité des ressources naturelles sur fond de changements climatiques et d’épuisement des gisements, la surveillance de masse peut se transformer en outil de pouvoir ayant comme principale caractéristique l’auto-perpétuation, aux frais des populations.

L’une des fonctions de la surveillance de masse, souvent négligée, constitue à connaître suffisamment l’adversaire pour savoir comment le manipuler afin qu’il échoue de lui-même. Et le problème, c’est que l’adversaire, ce n’est pas seulement quelques terroristes. C’est également vous et moi. À l’heure actuelle, la guerre de l’information joue à plein son rôle de propagande, bien que ce fait soit systématiquement ignoré par les médias [qui préfèrent taxer ceux qui la dénoncent de complotistes, NdT].

Dans cet article, Insurge Intelligence explique par quels processus la cooptation par le Highlands Forum – émanation du Pentagone – de géants technologiques comme Google, à des fins de mise en œuvre d’une surveillance de masse, a joué un rôle clé dans les efforts clandestins de manipuler les médias, dans le cadre d’une guerre de l’information qui s’est tenue contre le gouvernement étasunien, contre le peuple étasunien, et contre le monde entier : il s’agit de justifier la guerre sans fin, et l’expansionnisme militaire ad vitam æternam. La suite en français :

La machine de guerre…
Savoir, c’est pouvoir…
La « Longue Guerre »…
Yoda et les Soviets…
Enron, les Talibans, et l’Irak…
Enron et les projets de guerre du Pentagone…
La propagande du Pentagone pour tout nettoyer…
Le noyau surveillance-propagande…
Guerre clandestine et pseudo-terrorisme…
Communications stratégiques : propagande de guerre sur le sol étasunien et à l’étranger…
L’empire contre-attaque…

La fin des ombres

Mais à long terme, les impérialistes de l’information ont déjà perdu. Cette enquête est totalement basée sur des techniques open source, et a été rendue possible principalement dans le même contexte de révolution de l’information qui a permis la création de Google. La présente enquête a été financée intégralement par des dons citoyens, au travers du financement participatif. Et l’enquête a été publiée et distribuée en dehors du circuit des médias traditionnels, précisément pour illustrer que dans ce nouvel âge du numérique, les concentrations centralisées verticalisées ne peuvent plus usurper le pouvoir du peuple, son amour de vérité et de justice, ni son désir de partage.

Que faudra-t-il retenir de cette ironie des choses ? C’est plutôt simple : la révolution de l’information est intrinsèquement décentralisée, et décentralisatrice. Big Brother ne pourra pas la contrôler ni l’assimiler. Les tentatives dans cette direction échoueront les unes après les autres, et contribueront même à l’échec de ce système.

La dernière folle tentative en date du Pentagone de dominer le monde par un contrôle de l’information et des technologies de l’information n’est pas le signe de la toute puissance de ce réseau de l’ombre. Il s’agit au contraire d’un symptôme de son désespoir borné, alors qu’il essaye d’empêcher l’accélération de son déclin hégémonique.

Mais le déclin est bel et bien en marche. Et le présent article, comme tant d’autres avant lui, est un petit signe de plus que les opportunités de mobiliser la révolution de l’information vers l’intérêt général, malgré les efforts du pouvoir en place pour rester caché à l’ombre, sont plus prégnantes que jamais.

Source complète 2e partie https://lesakerfrancophone.fr/et-google-crea-la-nsa

Le docteur Nafeez Ahmed est un journaliste d’investigation, un auteur à succès et un spécialiste de la sécurité internationale. Ancien rédacteur de Guardian, il écrit la colonne ‘System Shift’ pour la carte mère de VICE et est également chroniqueur pour Middle East Eye. Il est le lauréat 2015 du Project Censored Award pour le journalisme d’investigation exceptionnel pour son travail de Guardian.

Nafeez a également écrit pour The Independent, le Sydney Morning Herald, The Age, The Scotsman, la politique étrangère, l’Atlantique, Quartz, Prospect, New Statesman, Le Monde diplomatique, le Nouvel internationaliste, Counterpunch, Truthout, entre autres. Il est l’auteur de Un guide de l’utilisateur sur la crise de la civilisation: et comment le sauver (2010), et du roman policier ZERO POINT, entre autres livres. Ses travaux sur les causes profondes et les opérations secrètes liées au terrorisme international ont officiellement contribué à la commission du 11/9 et à l’enquête du 7/7 du coroner.

Cette exclusivité est publiée gratuitement dans l’intérêt public et a été rendue possible grâce au financement participatif. Il voudrait remercier sa formidable communauté de clients pour leur soutien, qui lui ont donné l’occasion de travailler sur cette enquête approfondie. Merci de soutenir le journalisme d’investigation indépendant pour les biens communs mondiaux.

Sylvie FOURCADE

Daech se répand partout en Afrique, la Russie seule peut l’arrêter

Previous article

Happy Birthday, President Trump!!!

Next article

You may also like

Comments

Comments are closed.

More in Deep State