Deep State mondialAfriqueAmérique du NordAmérique du SudAsieEconomie / FinanceEuropeFranceGeneralGilets JaunesMiddle EastOcéanie

Secrets of Silicon Valley, permanent technology monitoring and total control of the world’s population

0

Silicon Valley, nestled in the south of San Francisco Bay in northern California, is not just a geographic location. It is the desire to digitize all the information of the world and to store all this information. The result of this digitization is a world without privacy where our ability to participate in public debate is subject to the whims of the billionaire’s great technology, where freedom is a thing of the past and no one can escape Big Brother’s reach. For many, it’s just a happy coincidence, as for intelligence agencies looking to capture and store every detail of every moment of our lives. The information industrial complex now has enough information to track each of our movements, listen to all our conversations on social networks and predict our future plans.
Silicon Valley has a very specific story that explains how we came to this situation of constant surveillance and total control by billionaires of technology with their dark supporters. Silicon Valley is home to many tech and social media companies, such as Google, Facebook, Apple, Oracle, Netflix, Cisco Systems, Paypal, Hewlett-Pacard … This global industry shapes our political discourse and changes the very nature of our society.

How are we at this stage and why is Silicon Valley the epicenter of this transformation? The answer is simple. Thanks to a man, Frederick Terman (1900/1982) who led more than 850 top researchers in a secret radio research laboratory at Harvard University during the Second World War, an emerging field in electronic warfare. After this war, Terman returned to Stanford and was appointed dean of the School of Engineering. During his tenure, Terman has significantly expanded the science, statistics and engineering departments to earn more US Defense Department research fellowships. These grants, in addition to the funds generated by the patented research, have helped propel Stanford into the ranks of leading educational institutions around the world and drive growth in Silicon Valley. Terman’s efforts to create a mutual relationship between Stanford and nearby technology companies have also contributed significantly to this growth. Speaking of this effort, Terman said, “When we decided to create a community of technical specialists in Silicon Valley, there was not much here and the rest of the world was terribly big. Now, a lot of the rest of the world is here. “. Steve Blank, historian of Silicon Valley wrote « During the 1950s, Frederick Terman was an advisor to every major branch of the US military. He was on the army signal corps R&D advisory council, the Air Force electronic countermeasures scientific advisory board, a trustee of the Institute of Defense analysis, the naval research advisory committee, the defense science board and a consultant to the president’s science advisory committee. His commercial activities had him on the board of directors of HP, Watkins-Johnson, Ampex and director and vice chairmen of SRI. It’s amazing this guy ever slept. Terman was the ultimate networking machine for Stanford and its military contracts.»

Silicon Valley did not sprout from California soil by itself, it was carefully seeded by US military intelligence agencies that needed this technology to “fight the war” of 21st century information. Since the US government observes and controls the population, the Pentagon exploits the vulnerabilities of the Internet to develop some of the most destructive cyberattacks.

The next step is to connect every object in the world to the Pentagon databases in the same vision. Each person is followed, his conversations are recorded, his purchases monitored, his social life mapping on social networks, his studied habits and all his behaviors automatically predicted. The Pentagon and Silicon Valley can better control the world’s population, because every item we own can spy on us. The giants of technology are the Pentagon and the intelligence community, the US Department of Defense (DOD) and US intelligence agencies.

Will we be able to escape the trap of this permanent surveillance?


Les secrets de la Silicon Valley, veille technologique permanente et contrôle total de la population mondiale

La Silicon Valley, nichée dans le sud de la baie de San Francisco, dans le nord de la Californie, n’est pas qu’une localisation géographique. C’est l’envie de numériser toutes les informations du monde et de stocker toutes ces informations. Le résultat de cette numérisation est un monde sans vie privée où notre capacité à participer au débat public est soumise aux caprices de la grande technologie des milliardaires, où la liberté fait partie du passé et où personne ne peut échapper à la portée de Big Brother. Pour beaucoup, c’est juste une heureuse coïncidence, comme pour les agences de renseignements qui cherchent à capturer et stocker tous les détails sur chaque moment de nos vies. Le complexe industriel de l’information a maintenant assez d’informations pour suivre chacun de nos mouvements, écouter toutes nos conversations sur les réseaux sociaux et prédire nos plans futurs.

La Silicon Valley a une histoire très spécifique qui explique comment nous sommes arrivés à cette situation de surveillance permanente et de contrôle total par des milliardaires de la technologie avec leurs soutiens ténébreux. La Silicon Valley abrite de nombreuses entreprises technologiques et médias sociaux, tels que Google, Facebook, Apple, Oracle, Netflix, Cisco Systems, Paypal, Hewlett-Pacard… Cette industrie mondiale façonne notre discours politique et change la nature même de notre société.
Comment en est-on arrivé à ce stade et pourquoi la Silicon Valley est-elle l’épicentre de cette transformation ? La réponse est simple. Grâce à un homme, Frederick Terman (1900/1982) qui dirigea plus des 850 meilleurs chercheurs dans un laboratoire secret de recherche radio de l’Université de Harvard pendant la Seconde Guerre mondiale, un domaine émergent dans la guerre électronique. Après cette guerre, Terman revint à Stanford et fut nommé doyen de la School of Engineering. Au cours de son mandat, Terman a considérablement développé les départements de science, de statistique et d’ingénierie afin de gagner plus de bourses de recherche du Département de la Défense américain. Ces subventions, en plus des fonds générés par la recherche brevetée, ont contribué à propulser Stanford dans les rangs des établissements d’enseignement de premier plan dans le monde et à stimuler la croissance de Silicon Valley. Les efforts de Terman pour créer une relation mutuelle entre Stanford et les sociétés de technologie des environs ont également contribué de manière significative à cette croissance. En parlant de cet effort, Terman avait déclaré « lorsque nous avons décidé de créer une communauté de spécialistes techniques dans la Silicon Valley, il n’y avait pas grand-chose ici et le reste du monde était terriblement grand. Maintenant, beaucoup du reste du monde est ici. ». Steve Blank, historien de la Silicon Valley a écrit « Au cours des années 1950, Frederick Terman était un conseiller auprès de chaque branche majeure de l’armée américaine. Il faisait partie du conseil consultatif de R&D du corps des transmissions de l’armée, du conseil consultatif scientifique des contre-mesures électroniques de la Force aérienne, un administrateur de l’Institute of Defence Analysis, du comité consultatif de la recherche navale, du conseil scientifique de la défense et un consultant du comité consultatif scientifique du président. Ses activités commerciales l’ont amené au conseil d’administration de HP, Watkins-Johnson, Ampex, comme directeur et vice-présidents de SRI. C’est incroyable que cet homme ne dormait jamais. Terman était la machine du réseau ultime pour Stanford et ses contrats militaires.»

La Silicon Valley n’a pas germé du sol californien par elle-même, elle a été soigneusement ensemencée par les agences militaires du renseignement américain qui avaient besoin de cette technologie pour « lutter contre la guerre » de l’information du XXIe siècle. Depuis le gouvernement américain observe et contrôle la population, le Pentagone exploite les vulnérabilités d’Internet pour développer certaines cyberattaques des plus destructrices.

La prochaine étape étant de connecter chaque objet dans le monde aux bases de données du Pentagone dans la même vision. Chaque personne est suivie, ses conversations sont enregistrées, ses achats surveillés, sa vie sociale cartographie sur les réseaux sociaux, ses habitudes étudiées et tous ses comportements automatiquement prédits. Ainsi le Pentagone et la Silicon Valley peuvent mieux contrôler la population mondiale, car chaque article que nous possédons pourra nous espionner. Les géants de la technologie sont le Pentagone et la communauté du renseignement, le Département de la Défense des États-Unis) (DOD) et les agences du renseignement américain.

Saurons-nous sortir du piège de cette surveillance permanente ?

Sylvie FOURCADE

Did he KNOW he’d RUN back then???

Previous article

How Many Countries Are Part of the World Communist Movement?

Next article

You may also like

Comments

Comments are closed.