Gilets JaunesFrance

Bilan jaune des victimes au 21/11/19

0

Bilan jaune des victimes suite aux violences et répressions policières lors des manifestations des Gilets Jaunes du 17/11/18 au 21/11/19 à 12h20 :

– 861 signalements répertoriés sur Twitter “allo @Place_Beauvau” par le journaliste indépendant David Dufresne
– 316 blessés à la tête
– 25 éborgné-es
– 5 mains arrachées
– 18 blessures à la main
– 28 au dos
– 75 aux membres supérieurs
– 131 aux membres inférieurs
– 4 blessures aux parties génitales
– 125 blessures non renseignées…
– 164 intimidations, insultes, entraves à la liberté de la presse
– et 2 décès*, le 2 décembre 2018 à Marseille Mme Zineb Redouane, 80 ans, blessée au visage par une grenade lacrymogène en fermant ses volets lors de l’acte 3 du 1er décembre 2018 et Steve Maia Caniço, disparu lors d’une violente charge de police à Nantes, pendant la Fête de la musique, dans la nuit du 21 au 22 juin 2019. Le 29 juillet 2019 après avoir retrouvé un corps en “état de décomposition avancée” dans la Loire, le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès confirmait, le 30 juillet 2019, l’identité du jeune homme après 38 jours passés dans l’eau, puis le premier ministre, Edouard Philippe, annonçait la mise à disposition des médias du rapport IGPN, or c’est la synthèse et non le rapport qui a été distribué (10 pages / 235 feuillets) !
– 11 morts* en France sur et autour des ronds-points (4 étaient des Gilets Jaunes et 7 des conducteurs de véhicule) et 3** en Belgique.

Répartition des victimes :

– 636 manifestant-es
– 49 mineurs et lycéen-nes
– 28 passant-es
– 115 journalistes
– 33 street medics

« Allô place Beauvau, c’est pour un bilan », une cartographie des violences policières, Mediapart

Chiffres officiels du ministère de l’Intérieur du 17/11/18 au 08/11/19 (pas de données plus récentes et certains chiffres sont les mêmes qu’au 23/05/19 !) :

– 2.448 blessé-es parmi la population – idem 23/05/19
– 561 signalements déposés à l’IGPN (Inspection générale de la Police nationale) – idem 23/05/19
– 313 enquêtes judiciaires
– 8 enquêtes administratives – idem 23/05/19
– 23 enquêtes judiciaires de l’IGPN
– 212 enquêtes transmises au Parquet
– 19.071 tirs de LBD (lanceur de balles de défense) – idem 23/05/19
– 1.428 tirs de grandes lacrymogènes instantanées – idem 23/05/19
– 5.420 tirs de grenades de désenserclement – idem 23/05/19
– 474 gendarmes blessé-es – idem 23/05/19
– 1.268 policiers blessé-es – idem 23/05/19

Gilets jaunes : 2 policiers renvoyés en correctionnelle pour des violences le 1er mai 2019
L’un des deux policiers est accusé d’avoir giflé au visage un Gilet jaune – une scène filmée et mise en ligne sur les réseaux sociaux. Il comparaîtra pour « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné une incapacité supérieure à huit jours ». L’autre policier est accusé d’avoir jeté un pavé sur des manifestants, une scène là aussi filmée et diffusée sur Internet. Il devra répondre de « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique n’ayant pas entraîné d’incapacité ».
Sur les 212 enquêtes confiées à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) par le parquet de Paris, 146 enquêtes ont été clôturées par les enquêteurs. D’après le procureur de Paris, 18 procédures impliquant des policiers ont par ailleurs été confiées à des juges d’instruction – chargés d’enquêter sur les affaires les plus graves – tandis que 54 autres ont été classées, faute de preuves suffisantes notamment. Soixante-douze affaires, enfin, sont encore en cours d’analyse.

* Les 13 victimes décédées (y compris Mme Zineb Redouane et Steve Maia Caniço) en France depuis le 17/11/18 :

  1. Samedi 17 novembre 2018 : une femme est renversée par une automobiliste voulant forcer un barrage de Gilets Jaunes, lors du premier week-end de mobilisation, en Savoie.
  2. Mardi 20 novembre 2018 : un motard décède dans la Drôme après avoir été percuté par un camion-benne en marge d’un barrage. Le véhicule faisait demi-tour sur un rond-point bloqué et l’a heurté alors qui remontait la file de gauche.
  3. Samedi 1er décembre 2018 : le conducteur d’une camionnette percute un poids lourd à l’arrêt en marge d’un barrage près d’Arles (Bouches-du-Rhône). « Cet accident est directement lié à un barrage qui a provoqué un gigantesque embouteillage de dix kilomètres », dénonce le procureur.
  4. Dimanche 2 décembre 2018, lors d’une manifestation, le samedi 1er décembre 2018 à Marseille (Bouches-du-Rhône), Zineb Redouane, une femme de 80 ans blessée dans son appartement, est touchée au visage par une grenade lacrymogène alors qu’elle fermait ses volets. Elle décède au bloc opératoire, le lendemain.
    L’affaire Zineb Redouane embarrasse le ministère de la Justice, L’Express 17/07/19
    La famille de Zineb Redouane dépose plainte pour une entrave à l’enquête, Marsactu.fr 08/07/19
    Mort de Zineb Redouane : l’autopsie algérienne contredit les autorités françaises, lelibrepenseur.org, 01/07/19
    Près d’un an après la mort de Zineb Redouane, l’enquête judiciaire est toujours en cours, le tireur n’a pas été identifié, Mediapart 20/11/19
  5. Lundi 10 décembre 2018, une automobiliste s’encastre dans un camion bloqué par un barrage en Charente.
  6. Jeudi 13 décembre 2018, dans la nuit du jeudi au vendredi, un Gilet Jaune est percuté par un poids lourd à Avignon (Vaucluse).
  7. Vendredi 14 décembre 2018, la passagère d’un véhicule à contresens décède près de Soissons (Aisne) lors d’une collision avec un autre véhicule. Le conducteur, en état d’ébriété a été placé en garde à vue et placé sous contrôle judiciaire. Dans un communiqué le procureur a requis sa mise en examen pour « homicide involontaire » et estimé que « les premiers éléments recueillis par les enquêteurs permettraient d’expliquer cet accident par la volonté de ce dernier conducteur, alors qu’il quittait la zone commerciale de Vauxbuin, d’échapper au blocage du rond-point de l’Archer à Soissons. Ces faits sont aggravés par le manquement délibéré à une obligation de sécurité et par la conduite en état alcoolique.»
  8. Jeudi 20 décembre 2018, Olivier Daurelle, le porte-parole des Gilets Jaunes de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) est renversé par un routier sur un rond-point d’Agen.
  9. Vendredi 21 décembre 2018, un automobiliste est mort en percutant l’arrière d’un camion, immobilisé au barrage filtrant d’un péage près de Perpignan.
  10. Mardi 11 décembre 201, crise cardiaque d’un Gilet Jaune de 66 ans qui s’est écroulé vers 17h45 sur un barrage à Beaucaire (Gard), les secours n’ont rien pu faire pour le sauver.
  11. Samedi 26 janvier 2019, un Gilet Jaune de 49 ans originaire du Loiret est mort à Paris. Il a succombé à une crise cardiaque alors que son groupe rejoignait d’autres manifestants du Loiret.
    Les deux cas, ci-dessus, ont toutefois un point commun qui les distingue des autres : s’ils étaient bien présents dans des manifestations au moment de leur mort, ces hommes sont morts tous les deux d’un malaise ou d’un arrêt cardiaque.
  12. 3 juillet 2019, Lakdar, un homme de 50 ans, porteur d’un pacemaker, meurt d’une crise cardiaque au cours d’une expulsion musclée d’une HLM à Chambéry
  13. 22 juin 2019, Steve Maia Caniço, disparu lors d’une violente charge de police à Nantes, pendant la Fête de la musique, dans la nuit du 21 au 22 juin 2019. Le 29 juillet 2019 après avoir retrouvé un corps en “état de décomposition avancée” dans la Loire, le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès confirmait, le 30 juillet 2019, l’identité du jeune homme après 38 jours passés dans l’eau, puis le premier ministre, Edouard Philippe, annonçait la mise à disposition des médias du rapport IGPN, or c’est la synthèse et non le rapport qui a été distribué (10 pages / 235 feuillets) !
    Charge policière à Nantes : la version des autorités contredite par des vidéos, Libération 12/07/19
    Mort de Steve: l’avocate de la famille évoque une “affaire d’Etat”, Le Point 30/07/19
    Mort de Steve Maia Caniço à Nantes, pourquoi son téléphone est au coeur de l’enquête, L’Express 11/09/19
    Mort de Steve Maia Caniço, le commissaire de police sur le terrain a « manqué de discernement », Le Monde 13/09/19

En Belgique, trois décès ont été répertoriés :

  1. Vendredi 14 décembre 2018, décès d’un homme qui a percuté un camion arrêté par un barrage coté français entre Erquelinnes et Jeumont. L’accident a eu lieu à la jonction entre la N40 et N54, à Erquelinnes, commune belge située à la frontière avec Jeumont.
  2. Mercredi 19 décembre 2018, un grave accident impliquant trois camions s’était produit sur l’autoroute A8/A428 à hauteur de Marquain, en marge d’un barrage le long de l’autoroute A8/E429 à Hertain/Lamain, à proximité de la frontière franco-belge. Un des chauffeurs est décédé sur place.
  3. Vendredi 11 janvier 2019, un Gilet Jaune de 50 ans meurt sur un barrage à Visé, après avoir été percuté par un camion immatriculé aux Pays-Bas.
Sylvie FOURCADE

Did Obama have a Quid Pro Quo with Iran?

Previous article

(Exclusive Article) Every Fairy-tale Comes to an End

Next article

You may also like

Comments

Comments are closed.