Gilets JaunesFrance

Enquête jaune, du cyanure dans les gaz lacrymogènes ? La réponse est oui !

0

Interview d’Alexander Samuel, docteur en biologie, qui a enquête sur les dangers du gaz lacrymogène, utilisé massivement en France contre les “Gilets Jaunes”. Sa méthode : entrer dans les nuages et sur place avec l’aide de medecins, effectuer des tests sanguins et urinaires.

Update 8 novembre 2019 – C’est une information a mis les réseaux sociaux en ébullition. Samedi 26 octobre 2019, à Nice, la police interpellait Alexander Samuel et le mettait en garde à vue pour 48 heures. Officiellement, il soupçonnait d’avoir participé à une action visant une agence de la Société Générale, en marge d’une manifestation des Gilets Jaunes. Soupçons infondés, puisqu’il a été relâché sans que la moindre charge n’ait été retenue. Or Alexander Samuel est LE biologiste qui enquête, dans la solitude et l’obstination, sur les effets toxiques des gaz lacrymogènes, et en particulier sur la présence de cyanure dans le sang de manifestants ayant été exposés.

“Avant manifestation, on était entre 0 et 0,2 milligramme par litre de cyanure dans le sang. Le seuil de dangerosité va, selon les auteurs, de 0,25 à 0,5 milligramme par litre. Quand on dépasse 0,25 cela commence à devenir dangereux, en dépassant 0,5, c’est vraiment dangereux ! On a joué les cobayes en allant dans les manifestations à Montpellier et le fabricant des kits de dépistage est venu en France, car il avait compris que la situation était assez grave, “ce problème est intéressant à la fois scientifiquement et pour la santé publique!” Son kit mobile coûte relativement cher, car permet d’avoir non pas un colorimétrique, mais une quantification en milligramme par litre aussi précis qu’un laboratoire fixe, publié dans la Royal Society of Chemistry (une académie savante, association professionnelle au Royaume-Uni dans le but de “faire progresser les sciences chimiques”) et récompensé d’un prix pour cette invention. Sur place, on a fait des analyses en quantifiant, avant et après gazage. Avant manifestation, nous étions tous à 0 milligramme de cyanure par litre de sang et 0,2 pour certains (le seuil de dangerosité commence à 0,25), après gazage nous, on est montés à 0,7 sur 6 individus et 0,75mg pour 2 personnes. Pourquoi cela ne déclenche ps d’alerte dans les médias ? On a un document de 107 pages en cours de vérification par un représentant du monde monde scientifique qui sera prochainement publié”

Sources en références dans l’interview

gazlacrymo.fr
1’00 article La Dépêche du 13/02/2019 Un composant du Zyklon B dans les bombes lacrymogènes ? Les soupçons de Raquel Garrido, ex-porte-parole de la France Insoumise
4’30 article LCI du 07/04/2019 Gilets jaunes, des manifestants ont-ils pu être intoxiqués au cyanure ?
+ article LCI du 11/04/2019 Le danger des gaz lacrymogènes vient plus de leur effet irritant que de potentielles traces de cyanure
10’20 article France TV Info du 16/05/19 Gilets Jaunes, comment de prétendus “street medics” ont effectué des prélèvements sanguins en pleine manifestation ?
10’45 article gazlacrymo.fr du 24/06/19 « Celui qui déploie du CS est conscient qu’il peut tuer »
Les gaz lacrymogènes les plus courants sont les irritants oculaires 2-Chlorobenzylidène malonitrile (appelé aussi « CS », des initiales de Corson et Stoughton, chimistes qui ont synthétisé la molécule), chloroacétophénone (« CN »), dibenzoxazépine (« CR ») et l’irritant respiratoire « piment OC » (oléorésine de Capsicum, huile rougeâtre contenant de la capsaïcine) en aérosol.
article original en allemand du 15/12/1986 „Wer CS einsetzt, nimmt den Tod in Kauf“
11’20 article du Nouvel Obs du 24/07/19 Alexander Samuel, l’homme qui enquête sur le gaz lacrymogène utilisé contre les « Gilets Jaunes »
12’40 en anglais, Une évalutaion des technologies de contrôle politique, Luxembourg, 06/01/98
et 16′ en anglais, Techniques de contrôle des foules, Luxembourg, juin 2000
13’40 en anglais 21/09/18, Modifications histopathologiques induites dans le foie, les reins, le cœur et le pancréas de lapins par une exposition orale prolongée au cyanure
en anglais 12/01/15, Altérations histopathologiques dans la rate de poissons d’eau douce Cyprinus carpio exposés à une concentration sublétale de cyanure de sodium
en anglais juillet 2010, Effets toxiques de l’administration prolongée de feuilles de manioc (Manihot esculenta Crantz) à des chèvres
en anglais décembre 2011, Effet modulateur de l’extrait aqueux de Telfairia occidentalis sur la toxicité induite par le cyanure chez le rat
en anglais septembre 2018, Modifications histopathologiques induites dans le foie, les reins, le cœur et le pancréas de lapins par une exposition orale prolongée au cyanure
17’35 Lettre ouverte d’Alexandre Langlois, Secrétaire Général VIGI, à M. Castaner sur la dangerosité des gaz utilisés lors du maintien de l’ordre en France, pour la santé des personnes exposées, 06/09/19

Sylvie FOURCADE

Do You TRUST The Media?

Previous article

Optics Are Very Important, The Setup, The Takedown – Episode 2016a

Next article

You may also like

Comments

Comments are closed.