FranceGilets Jaunes

Lilian, 16 ans, blessé par les forces de l’ordre, affaire classée sans suite !

0

Lilian Diesse, adolescent de 16 ans, a été victime de violence policière en marge d’une manifestation des Gilets Jaunes à Strasbourg, le 12 janvier 2019 (acte 9). Il a été touché en plein visage par un tir de LBD alors qu’il allait juste acheter une doudoune en solde.

Ni manifestant, ni casseur encore moins black bloc

Les conséquences sont désastreuses pour Lilian : mâchoire fracturée, il est resté enfermé 3 mois chez lui avec les broches qui consolidaient sa mâchoire, a perdu de la sensibilité au niveau des lèvres, ne sérieuse cicatrice sur la joue droite qu’il gardera à vie, le traumatisme était tel qu’il avait peur de sortir de sa chambre et n’a pas pu finir son année en seconde !

La plainte contre X pour blessures involontaires, que ses parents avaient déposée dès le 14 janvier a été classée sans suite, car l’auteur du tir de LBD n’est pas identifiable selon L’IGPN, malgré le nombre incroyable de caméras de vidéosurveillance à Strasbourg et sans compter les vidéos des manifestants !

À la suite du classement sans suite de sa plainte pour blessures involontaires sur son fils, Flaure Diéssé écrit son désarroi au Président de la République, Emmanuel Macron.

M. le Président de la République,

Je vais vous raconter l’histoire dramatique d’un adolescent de 16 ans, mon fils. Il a été touché par un tir de LBD le 12 janvier 2019 à Strasbourg lors d’une manifestation de Gilets jaunes.

Il n’est ni manifestant, ni casseur encore moins black bloc. Il allait juste acheter une doudoune en solde.

Il est resté 6 heures au bloc opératoire, mâchoire en bouillie… Il a perdu son année scolaire (il est resté enfermé à la maison 3 mois avec les broches qui consolidaient sa mâchoire). Il a perdu sa sensibilité au niveau des lèvres et a une sérieuse cicatrice sur la joue droite qu’il gardera à vie.

Pour fuir tout cela, il s’est réfugié en septembre dans un internat breton à 800 km d ici, près de ses grands-parents. La police s’étant empressée de le désigner comme casseur, l’information a vite circulé sur les réseaux sociaux et les sites numériques de certains médias. Il ne voulait plus affronter cela à Strasbourg.

Après 10 mois d’enquête, le procureur adjoint de Strasbourg m’annonce que l’affaire est classée sans suite, car on n’a pas pu identifier le responsable du tir. Avec toutes les caméras de vidéosurveillance qu’il y a à Strasbourg et celles utilisées par des policiers, on n’a pas réussi à trouver qui a tiré ?

L’État était censé protéger cet adolescent. J’ai toujours appris à mes enfants le respect des lois de la République, de l’Autre. Aujourd’hui c’est l’État qui a massacré la vie de cet enfant avec ce tir de LBD, « selon la plus haute probabilité » pour le procureur, alors que le rapport médical l’atteste !

Pas un seul regret ! Pas un mot d’excuse de l’État ! Quel mépris pour les victimes que nous sommes, quelle injustice ! Si un de vos enfants avait été touché par un tir de LBD entraînant les mêmes conséquences que celles de mon fils, auriez-vous accepté ce classement sans suite ? Non, assurément. Vous auriez tout mis en œuvre, remué ciel et terre et déployé tous les moyens pour retrouver l’auteur. Moi je dois me contenter d’un classement sans suite, bref circulez, il n’y a rien à voir !

Monsieur Castaner répète les mêmes phrases lors de toutes ses interviews : « s’il y a eu faute, il y aura sanction » ou « la justice fait son travail », cela ressemble à de l’enfumage. Dans le cas de mon fils, il y a eu faute grave, une faute qui aurait pu être mortelle. Le policier a tiré au niveau du visage et à un centimètre près il sectionnait la carotide de mon fils.

Le classement sans suite est justifié par le fait qu’on n’a pas pu identifier le tireur. Mais je tiens à vous rappeler que le tireur appartient à la police donc à l’État. Identification du tireur ou pas, c’est l’État qui est responsable de cet accident.

Monsieur Nunez dit sur BFM qu’il « ne connait pas le dossier » de mon fils, alors que l’affaire a été sérieusement médiatisée en janvier dernier. Cela montre à quel point il banalise les victimes. Un secrétaire d’État en charge de la sécurité qui n’est pas au courant du dossier d’un adolescent innocent, qui a frôlé la mort suite à un tir de LBD, c’est vraiment déplorable et inquiétant.

Je joins la photo de mon fils sur son lit d’hôpital afin que vous réalisiez la gravité de la blessure commise par le LBD et le traumatisme que mon fils a subi…

Que vous réalisiez la souffrance de cet enfant innocent…

Que vous imaginiez la douleur qui m’a rongée et qui me ronge encore…

Je joins également la seconde photo où il porte sa doudoune achetée quelques minutes avant le drame. Il était si heureux de la porter. Elle est barrée du sang de l’innocence. Vous vous êtes débarrassés du dossier sans même un mot pour notre douleur, mais ce sang vous l’aurez sur la conscience.

Si vous étiez vraiment pour la justice, le respect des droits de l’Homme, ce dossier ne serait pas classé sans suite ou en tout cas pas classé sans la moindre excuse ni la moindre compassion envers une famille qui a souffert et souffre toujours de cette indifférence.

Flaure Diéssé,
une maman rongée par la douleur, la tristesse et l’incompréhension

Sylvie FOURCADE

Restored Republic via a GCR as of Nov. 14, 2019

Previous article

Barr: IG Report on Alleged FISA Abuses Is ‘Imminent’

Next article

You may also like

Comments

Comments are closed.

More in France