0

La meilleure façon de manipuler les gens et leur faire « adopter » ce que vous voulez est de leur faire peur.

C’est ce qu’ont toujours utilisé les politiciens.

La politique de la peur consiste, pour un gouvernement, à provoquer la peur au sein de sa population pour faciliter l’adoption de lois sécuritaires.

En réduisant ainsi la liberté individuelle, il espère pouvoir assurer son maintien.

Les citoyens, quant à eux, en échange d’une hypothétique sécurité sont conditionnés pour renoncer progressivement à leurs libertés.

Si l’on a pu considérer la « politique de la peur » comme l’une des caractéristiques des dictatures, l’emploi de cette expression dans une démocratie sous-entend que les hommes politiques instrumentalisent des craintes avérées ou non de la population pour atteindre leurs objectifs.

Il s’agit-là d’une forme de manipulation de l’opinion, de manière indirecte ou subliminale, qui réveille les pulsions les plus abjectes de la xénophobie et du racisme.

Les discours alarmistes et anxiogènes ainsi que la désignation d’ennemis intérieurs servent alors à légitimer des mesures disproportionnées qui portent atteinte aux droits fondamentaux, dans le but de mieux contrôler la population.

La classe politique, impuissante devant l’oligarchie financière qui dirige l’économie mondiale, a besoin pour rester au pouvoir d’agiter le chiffon rouge de la peur pour détourner l’attention du peuple.

Concentrée sur des « guerres perpétuelles », méfiante et divisée, l’opinion publique mondiale n’est plus tentée par la remise en cause du système politico-économique en place.

Pour aller plus loin :

1- Un article de Noam Chomsky : La Manipulation de la Peur et en anglais

2- Un livre à télécharger gratuitement sur le même thème : La politique de la peur de Serge Quadruppani, 240 pages, 17 février 2011 :

au choix format EPUP ou format PDF

La politique de la peur, c’est celle qui, menée par la droite comme par la gauche, empile les lois liberticides, développe sans relâche les techniques de surveillance et les fichiers, et choisit de brandir toujours plus haut la menace « terroriste ». C’est celle qui, au nom du 11 septembre, s’en prend quotidiennement aux étrangers, aux jeunes, aux internautes, aux prostitués, aux chômeurs, aux autres, à tous les autres. Celle qui, avec l’active complicité des médias, fabrique des ennemis imaginaires pour mieux détourner notre attention des oppressions quotidiennes. Pour les dirigeants politiques qui tentent vainement de gérer l’économie globale, la politique de la peur permet de compenser leur quasi-impuissance par un activisme répressif surmédiatisé. C’est enfin une « politique de civilisation » qui est à la fois la négation de la politique et de la civilisation.

Serge Quadruppani, romancier (il vient de publier Saturne au Masque), traducteur (notamment d’Andrea Camillieri), éditeur (la “Bibliothèque italienne” chez Anne-Marie Métailié), Serge Quadruppani est aussi un militant, un polémiste, et une figure marquante de l’extrême gauche. Il est notamment l’auteur de A quoi sert le terrorisme ? (La Découverte, 1991) qui trouve ici, vingt ans après sa publication, sa suite naturelle.

Source originale de Bechir Houman, Pépiptes, 7 Sep 2015

Sylvie FOURCADE

Pedogate… Un si long silence

Previous article

Obama Legacy

Next article

You may also like

Comments

Comments are closed.

More in Deep State