Deep StateAfriqueAmérique du NordAmérique du SudAsieEconomie / FinanceEuropeFranceMiddle EastOcéanie

Poutine et Trump contre le Nouvel Ordre Mondial : la bataille finale !

0

Nous vivons une époque passionnante.

Original source in english : Putin And Trump vs The New World Order: The Final Battle, Oriental Review, March 31, 2020

L’inconnu qui nous attend tous est à la fois exaltant et effrayant. Exaltant à long terme, mais plutôt effrayant à court terme. Tous les empires finissent par mourir et nous sommes dans la phase terminale du Nouvel Ordre Mondial qui ne se remettra pas du jeu de roulette russe auquel il a joué, car Vladimir Poutine lui a tendu un pistolet chargé et il a pressé la détente.

Les dernières semaines ont tout mis en place pour la dernière bataille. Il y a tant de faits et d’événements différents, à gauche et à droite, et je vais essayer de faire de mon mieux pour rester méthodique dans cet exposé compliqué. J’ai eu du mal pendant trois semaines à rédiger cet article à cause de la quantité folle de détails supplémentaires que chaque jour apporte. C’était peut-être le mauvais moment pour arrêter de fumer, mais j’aime les défis.

Baisse du dollar

Un peu de contexte est nécessaire. Le concept de Nouvel Ordre Mondial est simplement le souhait d’une poignée de banquiers internationaux qui veulent diriger économiquement et politiquement la planète entière comme une famille heureuse. Il a vu le jour en 1773 et a subi d’importants changements au fil des ans, mais le concept et l’objectif n’ont pas changé d’un iota. Malheureusement pour eux, les banques internationales qui pillent la planète par le biais du dollar américain depuis 1944 sont maintenant menacées par l’hyperinflation, car leur machine à imprimer tourne depuis des années pour couvrir leurs dépenses absurdes destinées à alimenter les guerres du pétrole et des ressources qu’ils ont toutes fini par perdre. Afin de prévenir cette hyperinflation à venir, ils ont généré une attaque virale sur quatre pays (la Chine, l’Iran, l’Italie et maintenant les États-Unis) pour semer la panique dans la population, avec l’aide précieuse de leurs médias ignominieux. Même si ce coronavirus n’est pas différent des autres nouveaux virus qui attaquent les humains chaque année, la peur des médias a poussé les gens à s’isoler volontairement par la peur et la terreur. Certains ont perdu leur emploi, des entreprises font faillite, la panique a créé un crash boursier qui a vidé les portefeuilles et dévalorisé les actifs, ce qui a eu pour conséquence de retirer quelques billions de dollars virtuels du marché pour relâcher la pression sur la monnaie.

Jusqu’à présent, tout va bien, mais tout le reste a mal tourné dans cet ultime banzaï désespéré. Le meilleur virologiste de la planète a confirmé que la chloroquine était utilisée par les Chinois avec des résultats spectaculaires pour guérir les patients, puis il a amélioré sa potion magique en ajoutant un antibactérien pneumonique appelé azythromicine, et a sauvé chacun de ses 1000 premiers cas, sauf un. Donald Trump a immédiatement imposé le même traitement en luttant contre sa propre Federal Drug Administration, achetée et détenue par l’État Profond. Cela a obligé tous les médias à parler de l’Élixir Miracle du Dr Didier Raoult, signant l’arrêt de mort de notre confiance dans tous les gouvernements occidentaux, leurs agences médicales, l’Organisation Mondiale de la Santé et les médias qui ont essayé de détruire la réputation du médecin impeccable, tout en inventant des « effets secondaires dangereux » soudains d’un médicament presque inoffensif utilisé depuis 60 ans pour traiter la malaria.

Non loin de là, en Allemagne, le Dr Wolfgand Wodarg, loué au niveau international, a noté que cette panique artificielle était totalement inutile, puisque ce virus n’est pas différent des autres qui nous affectent chaque année. Ce fut une victoire étonnante pour Trump et la population en général sur les médias sociaux, qui ont exposé ensemble les mensonges pathologiques des canaux de communication officiels de chaque pays du Nouvel Ordre Mondial. De facto, la crédibilité de ces gouvernements fantoches a disparu dans l’air, et de l’œil du cyclone, l’Italie sortira sûrement de l’UE juste après la crise, ce qui déclenchera un effet domino dans tous les pays de l’UE et les membres de l’OTAN. Mes amis, le mondialisme est mort et prêt à être incinéré.

Creuser l’abîme

Les banquiers internationaux ne l’ont pas vu venir en 1991, quand ils dominaient 95% de la planète après la chute de l’Union Soviétique. Il semblait que rien ne pouvait arrêter leur mission ultime pour réaliser leur rêve orwellien : détruire quelques pays du Moyen-Orient, élargir Israël et obtenir le contrôle total du marché mondial du pétrole, la dernière pièce de leur puzzle Xanadu sur lequel ils ont travaillé pendant tout un siècle, à commencer par la déclaration Balfour en 1917.

Lorsque Vladimir Poutine a pris la direction de la Russie, rien ne laissait présager qu’il ferait mieux que l’ivrogne qu’il avait remplacé. Un ancien officier du KGB semblait être un choix plus motivé par la nostalgie que par l’idéologie, mais Poutine avait beaucoup plus d’atouts pour lui qu’il n’en avait à première vue : patriotisme, humanisme, sens de la justice, ruse, un ami économiste de génie nommé Sergey Glazyev qui méprisait ouvertement le Nouvel Ordre Mondial, mais surtout, il incarnait la réincarnation de l’idéologie russe longtemps perdue de l’indépendance politique et économique totale. Après quelques années passées à drainer le marécage russe des oligarques et de la mafia que son prédécesseur maladroit avait laissés dans sa traînée de bouteilles vides, Vlad a retroussé ses manches et s’est mis au travail.

Parce que ses opposants avaient pillé la planète pendant 250 ans par une colonisation assurée par une domination militaire, Vlad savait qu’il devait commencer par construire une machine militaire invincible. Et c’est ce qu’il a fait. Il a conçu différents types de missiles hypersoniques qui ne peuvent pas être arrêtés, les meilleurs systèmes de défense de la planète, les meilleurs systèmes de brouillage électronique et les meilleurs avions. Puis, pour s’assurer qu’une guerre nucléaire ne serait pas une option, il a inventé des engins cauchemardesques, tels que le Sarmat, le Poséidon et l’Avangard, tous imparables et capables de détruire n’importe quel pays en quelques heures.

Avec un arsenal nouveau et inégalé, il pourrait procéder à la défaite de toute force de l’OTAN ou de ses mandataires, comme il l’a fait à partir de septembre 2015 en Syrie. Il a prouvé à chaque pays que l’indépendance vis-à-vis du système bancaire de l’OTAN était désormais une question de choix. Poutine a non seulement gagné la guerre en Syrie, mais il a également obtenu le soutien de nombreux pays du Nouvel Ordre Mondial qui ont soudainement changé de camp lorsqu’ils ont réalisé à quel point la Russie était devenue invincible. Sur le plan diplomatique, il a également obtenu le soutien de la puissante Chine, puis a réussi à protéger les producteurs de pétrole indépendants tels que le Venezuela et l’Iran, tandis que des dirigeants comme Erdogan de Turquie et Muhammad Ben Salman d’Arabie Saoudite ont décidé de se ranger du côté de la Russie, qui ne détient pas la meilleure main de poker, mais tout le jeu de cartes.

Pour conclure, Poutine contrôle désormais le tout puissant marché du pétrole, l’inévitable ressource énergétique qui alimente les économies et les armées, tandis que l’OTAN des banquiers ne peut que regarder, sans aucun moyen de le récupérer. Avec les résultats incroyables que Poutine a obtenus ces cinq dernières années, le Nouvel Ordre Mondial ressemble soudain à un château de cartes sur le point de s’effondrer. L’Empire des Banques est en phase terminale depuis cinq ans, mais il est maintenant sous morphine, réalisant à peine ce qui se passe.

Tragédie et espoir

Comme il n’y a aucun espoir de commencer la Troisième Guerre mondiale qui est perdue d’avance, le dernier banzaï est sorti des buissons sous la forme d’un virus et la création médiatique qui s’en est suivis d’une fausse pandémie. L’objectif principal était d’éviter une hyperinflation catastrophique de l’énorme masse de dollars américains dont personne ne veut plus, d’avoir le temps de mettre en place la monnaie cryptée de leur monde virtuel, comme si les banquiers chroniquement défaillants avaient encore une quelconque légitimité pour continuer à contrôler nos réserves d’argent. Au début, il semblait que le plan pouvait fonctionner. C’est alors que Vlad a sorti son revolver pour lancer la roulette russe et que les banquiers se sont fait sauter la cervelle en pressant la détente.

Il a convoqué une réunion avec l’OPEP et a tué le prix du pétrole en refusant de baisser la production russe, faisant passer le baril sous les 30 dollars. Sans aucune réflexion après coup et certainement encore moins de remords, Vlad a tué la coûteuse production pétrolière occidentale. Tous les dollars qui avaient été retirés du marché ont dû être réinjectés par la Fed et d’autres banques centrales pour éviter un déclin et le désastre final. À l’heure actuelle, nos chers banquiers n’ont plus de solutions.

Pendant ce temps, Trump s’est également attaqué aux gangsters en cravate. Alors que les médias évitaient le sujet de la chloroquine, un vieux médicament destiné à guérir la malaria, Trump a imposé à la FDA l’utilisation de ce médicament salvateur pour les patients américains infectés. Les médias n’ont pas eu d’autre choix que de commencer à en parler, ce qui a déclenché une réaction en chaîne : les PDG des grandes sociétés pharmaceutiques ont été licenciés parce qu’ils venaient de perdre le contrat du vaccin, des pays comme le Canada sont passés pour des fous génocidaires pour ne pas avoir utilisé ce médicament bon marché et inoffensif, tandis qu’un acte criminel des plus scandaleux commis par un gouvernement a été révélé au grand jour : le gouvernement Macron avait proclamé en janvier 2020 que la chloroquine était nocive et en avait restreint l’utilisation, quelques semaines seulement avant l’éclatement de la fausse pandémie ! La roulette russe est un jeu populaire dans les gouvernements occidentaux ces jours-ci.

Le samedi 28 mars, la Russie a annoncé sa propre mixture tueuse de Corona, basée sur la potion magique du Dr Raoult. Encore un coup de cosaque, cette fois à la veine jugulaire des grands groupes pharmaceutiques, alors que la plupart des pays occidentaux doivent maintenant mettre en place le traitement du bon docteur, ou faire face à la gifle d’une pilule russe venant sauver leurs citoyens. Poutine est dans le sauvetage de vies ces derniers temps : au cours de la dernière semaine de mars, il a envoyé 15 avions militaires remplis de médecins et de fournitures directement en Italie du Nord, après qu’un avion d’aide en provenance de Chine ait été bloqué par la République Tchèque. Nous sommes sur le point d’apprendre que les pays européens craignent que la Chine ou la Russie ne découvrent la vérité dans la région de Lombardie, où les gens ne meurent pas d’un quelconque coronavirus, mais probablement d’un cocktail hybride mortel de deux vaccins antérieurs contre la méningite et la grippe, qui leur a été injecté lors de campagnes de vaccination distinctes.

Conclusion

J’ai dit plus tôt que chaque jour apporte des nouvelles étonnantes. Eh bien, le dimanche 29 mars, la plus étonnante de toutes est tombée comme une tonne de briques sur les médias sociaux : des spectateurs confinés ont appris que Trump avait pris le contrôle de la Réserve Fédérale, qui est maintenant gérée par deux représentants du Trésor d’État. De toutes les nouvelles folles du mois dernier, celle-ci est de loin la meilleure et la plus choquante. Après trois ans au pouvoir, Trump a enfin tenu sa promesse électorale de retirer les banques privées des affaires publiques américaines, mettant ainsi fin à un siècle d’exploitation des citoyens américains. Il a demandé à l’infâme groupe d’investissement Blackrock de commencer à racheter d’importantes sociétés pour la Fed, ce qui signifie qu’il nationalise des pans entiers de l’économie, tout en évitant le krach du marché en impliquant d’importants investisseurs privés dans l’affaire.

Cette initiative extrêmement audacieuse arrive à un moment crucial et nous fait prendre conscience que Vladimir Poutine et Donald Trump sont unis et ont amené l’humanité au carrefour entre le Nouvel ordre mondial et la liberté. Comme je l’ai déjà dit à maintes reprises, je pensais que le monde allait profondément changer entre 2020 et 2024, car ce seraient les 4 dernières années de ces deux héros du pouvoir politique dans leurs nations.

Le Nouvel Ordre Mondial fait face aux deux pays les plus puissants de la planète, et cette fausse pandémie a tout changé. Elle a montré à quel point les banquiers sont désespérés, et si nous ne voulons pas nous retrouver avec des ogives nucléaires volant dans les deux sens, Poutine et Trump doivent les arrêter maintenant.

Il faut mettre fin au Bureau of Industry and Security (BRI), à la Banque Mondiale, au FMI, à la Banque Centrale Européenne, à l’UE, à l’OTAN, maintenant. Notre monde ne sera pas parfait, mais il pourrait vite s’améliorer.

La résurrection de Pâques approche, cela pourrait devenir biblique.

Sylvie FOURCADE

Restored Republic via a GCR as of April 3, 2020

Previous article

Global Human trafficking operation latest news

Next article

You may also like

Comments

Comments are closed.

More in Deep State