Deep StateAmérique du NordAmérique du SudAsieEuropeFranceMiddle EastOcéanie

Tous pucés, tous controlés, ID2020 Alliance, un programme mondial pour fournir une identification biométrique numérique

0

L’Alliance ID2020 a lancé son nouveau programme d’identité numérique lors de son dernier sommet annuel, le 19 septembre 2019 à New York, intitulé “Rising to the Good ID Challenge” (relever le défi de la bonne identité numérique) pour interagir avec les gouvernements, les leaders technologiques et la société civile sur les questions d’identité numérique, en collaboration avec le gouvernement du Bangladesh, l’alliance vaccinale Gavi (un programme d’accès à l’information soutenu par le Programme des Nations unies pour le développement – PNUD et l’Agence des États-Unis pour le développement international – USAID, géré par le bureau du Premier ministre du Bangladesh) et de nouveaux partenaires au sein du gouvernement, du monde universitaire et des secours humanitaires.

Original in english : ID2020 and partners launch program to provide digital ID with vaccines (ID2020 et ses partenaires lancent un programme pour fournir une identification numérique avec des vaccins), Biometric Update, September 20,2019

Le programme visant à tirer parti de la vaccination comme d’une opportunité  (ou d’un contrôle total de la population planétaire par les mondialistes ?) pour établir une identité numérique a été dévoilé par ID2020 en partenariat avec le programme d’accès à l’information du gouvernement du Bangladesh (a2i) débuté en 2009 – ce programme fait partie de Vision 2021, un manifeste politique du parti la ligue Awami d’obédience socialiste en vue de remporter les élections nationales de 2008  -, la direction générale des services de santé et Gavi. Membre depuis 1966, puis membre senior de la présidente la Ligue Awami nommée depuis 1981, Sheikh Hasina Wajed – fille de Sheikh Mujibur Rahman (1920/1975), 1er président du Bangladesh 1972/1975 – Zillur Rahman (1929/2013) est élu 18e président de la République populaire du Bangladesh en 2009 et nommera Hasina, Première ministre, poste qu’elle a déjà occupé de 1996 à 2001. Également membre de la Ligue Awami depuis 1969, Abdul Hamid a été nommé président par intérim du Bangladesh le 14 mars 2013, tandis que le président Rahman était hospitalisé à Singapour et décédera six jours plus tard. Seul candidat, Hamid a été élu à la présidence le 22 avril 2013. Le 7 février 2018, de nouveau seul candidat, il a été réélu pour un second mandat. (Pour la petite histoire, Sheikh Hasina a été inculpée en 2008 par un tribunal spécial d’extorsion de fonds concernant l’attribution d’un contrat pour la construction d’une centrale électrique en 1997, mais la Haute Cour a arrêté le procès affirmant qu’elle ne peut pas être poursuivie en vertu des lois d’urgence concernant les crimes commis avant l’imposition de l’état d’urgence, de son côté en 1975, après l’assassinat du 1er président en exercice, Sheikh Mujibur Rahman, Zillur Rahman a été arrêté et a passé quatre ans en prison, avant de revenir en politique en tant que ministre du gouvernement dirigé par Sheikh Hasina Wajed entre 1996 et 2001).

«Nous mettons en œuvre une approche prospective de l’identité numérique qui donne aux individus le contrôle de leurs informations personnelles, tout en continuant à s’appuyer sur les systèmes et programmes existants», explique Anir Chowdhury, conseiller politique chez a2i. «Le gouvernement du Bangladesh reconnaît que la conception de systèmes d’identité numérique a des implications de grande portée pour l’accès des individus aux services et aux moyens de subsistance, et nous sommes impatients de faire œuvre de pionniers dans cette approche.»

Le PDG de Gavi, épidémiologiste médical de formation, Seth Berkley, qui a débuté sa carrière au sein de la Fondation Rockefeller en 1994, initialement en tant que scientifique de programme et enfin en tant que directeur associé de la Division des sciences de la santé donnant l’impulsion à la création de l’International AIDS Vaccine Initiative – IAVI en 1996 en tant qu’ONG internationale chargée de poursuivre de manière agressive des approches jusque-là négligées pour le développement d’un vaccin contre le SIDA et il a pris par la suite la présidence) explique que 89% des enfants et des adolescents qui n’ont pas d’identité vivent dans des pays où l’organisation est active. «Nous sommes enthousiasmés par l’impact potentiel de ce programme non seulement au Bangladesh, mais en tant que quelque chose que nous pouvons reproduire dans les pays éligibles à Gavi, fournissant une voie viable pour combler le fossé identitaire», dit-il.

Un partenariat a également été formé plus tôt cette année entre Gavi, NEC Corporation (un géant industriel japonais de l’informatique et de la télécommunication) et Simprints (entreprise technologique à but non lucratif créant des outils biométriques pour accroître la transparence et l’efficacité du développement mondial) pour utiliser la biométrie afin d’améliorer la couverture vaccinale dans les pays en développement.

«L’identification numérique est en cours de définition et de mise en œuvre aujourd’hui, et nous reconnaissons l’importance d’une action rapide pour combler le fossé identitaire», commente Dakota Gruener, directrice exécutive d’ID2020. «Le moment est venu de prendre des engagements audacieux pour nous assurer de répondre à la fois rapidement et de manière responsable. Nous et nos partenaires d’Alliance ID2020, présents et futurs, sommes déterminés à relever ce défi. »

ID2020 a également annoncé de nouveaux partenariats et fourni des rapports d’étape sur les initiatives lancées en 2018. Depuis le sommet de 2018, l’Alliance ID2020 a été rejointe par la ville d’Austin, le laboratoire des politiques Center for Information Technology Research in the Interest of Society (CITRIS) situé à UC Berkeley et Cooperative for Assistance and Relief Everywhere (Care), l’association humanitaire fondée en 1945 aux États-Unis, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, avant le Plan Marshall (1947), devenu aujourd’hui le réseau international, l’une des plus importantes ONG, fournissant des secours d’urgence et des projets de développement international à long terme dans près de 70 pays.

La ville d’Austin, ID2020, et plusieurs autres partenaires travaillent en collaboration avec les sans-abri et les fournisseurs de services qui s’engagent avec eux pour développer une plate-forme d’identité numérique compatible avec la blockchain appelée MyPass pour donner aux sans-abri leurs propres données d’identité.

Selon ID2020, deux programmes pilotes inauguraux lancés en 2018 en partenariat avec iRespond (une organisation internationale à but non lucratif proposant à une solution unique d’identité biométrique numérique, se concentrant actuellement sur les scans d’iris pour identifier biométriquement les individus, iRespond déconstruit l’iris en un modèle unique qui ne peut pas être falsifié ou dupliqué, le modèle est à son tour associé à une chaîne de 12 chiffres de nombres générés de façon aléatoire formant un ID numérique unique UNiD) et Everest (une plate-forme décentralisée intégrant une solution de paiement massivement évolutive, EverChain, avec un portefeuille multi-devises, EverWallet, et un système d’identité biométrique natif, EverID™, offrant une solution complète pour une nouvelle économie, leur site ne laisse aucun doute quant à leur volonté de présence future partout dans le monde) ont chacun progressé. Le programme iRespond a amélioré la continuité des soins pour plus de 3.000 réfugiés recevant un traitement pour des maladies chroniques de l’International Rescue Committee (IRC) – une organisation non gouvernementale mondiale d’aide humanitaire, de secours et de développement fondée en 1933 sous le nom d’International Relief Association, à la demande d’Albert Einstein – en Thaïlande, selon l’annonce, tandis qu’Everest a aidé à fournir l’accès à des subventions énergétiques critiques et à une gamme de services supplémentaires avec des identités numériques sécurisées et centrées sur l’utilisateur sans dépendre d’un smartphone.

Avec le système de crédit social testé en Chine depuis 2014 où le gouvernement fait passer les devoirs des citoyens avant leurs droits, l’identité numérique par la vaccination entamée au Bangladesh depuis 2009, dans un pays en voie de développement avec le financement et le partenariat des plus grandes entités mondiales voulant conquérir le monde (se présentant comme philanthropes, mais attendant toutes un retour sur investissement) permet de penser que ce n’est que la première étape avant le puçage et le contrôle de tous les citoyens dans le monde avec, par exemple, un futur vaccin contre le coronavirus !

Décrit dans les directives comme un « système de crédit et de sanctions selon lequel tout devient limité, une fois que la confiance est perdue », le crédit social s’applique aux personnes morales, dotées depuis janvier 2018 d’un numéro de crédit social, et aux personnes physiques – qui restent identifiées par leur numéro de carte d’identité, dont la puce électronique est capable de stocker de multiples données. Les collectivités locales à travers la Chine mettent en place leur propre système de notation « civique ». Tandis que la Cour suprême et d’autres administrations émettent des listes noires de contrevenants, de personnes inculpées qui se soustraient à une décision de justice ou de débiteurs défaillants. Ils sont soumis à des restrictions partielles ou totales sur certaines dépenses comme l’achat de billets d’avion et de train.
En Chine, le « crédit social » des citoyens fait passer les devoirs avant les droits, le Monde, 16 janvier 2020

Tous vaccinés, et si ensuite les vaccins avaient un rapport avec la 5G ?

La 5G n’est pas seulement la prochaine génération de connectivité mobile après la 4G ; c’est une technologie radicale et entièrement nouvelle – une technologie militaire utilisée sur le champ de bataille qui est maintenant «déployée» (terme militaire) dans le domaine civil. Il s’agit d’armements multi-éléments vendus et déguisés principalement en système de communication lorsque les bandes de fréquences qu’il utilise (24 GHz – 100 + GHz, y compris MMW [ondes millimétriques]) sont les mêmes que celles utilisées dans les systèmes de déni actif, c’est-à-dire le contrôle des foules. Même Wikipédia traditionnel décrit les systèmes de déni actifs comme des armes à énergie dirigée; il disperse les foules en leur tirant de l’énergie, provoquant une douleur immédiate et intense, y compris une sensation de brûlure cutanée. N’oubliez pas que les armes à énergie dirigée (DEW) sont à l’origine de la chute des tours jumelles le 11 septembre et des faux incendies de forêt californiens.

De nombreux scientifiques ont mis en garde contre les effets dangereux de la 5G sur la santé. Par exemple, dans cet appel au sujet de la 5G de septembre 2017 intitulé « Les scientifiques et les médecins mettent en garde contre les effets potentiels graves de la 5G sur la santé », les scientifiques ont mis en garde contre les effets nocifs des rayonnements RF / CEM non ionisants:

Les effets comprennent un risque accru de cancer, un stress cellulaire, une augmentation des radicaux libres nocifs, des dommages génétiques, des changements structurels et fonctionnels du système reproducteur, des déficits d’apprentissage et de mémoire, des troubles neurologiques et des impacts négatifs sur le bien-être général des humains. Les dommages vont bien au-delà de la race humaine, car il y a de plus en plus de preuves d’effets nocifs pour les plantes et les animaux.

La 5G et les Vaccins à ADN d’électroporation , les deux produisent des ondes électromagnétiques pulsées.

Considérez les implications de ceci pendant un moment. La technologie existe pour utiliser les CEM pour ouvrir les pores de votre peau et injecter de l’ADN étranger dans votre circulation sanguine et vos cellules. C’est une violation extrême de votre souveraineté corporelle, et cela peut avoir des effets à long terme, en raison de la mutation génétique – changer votre ADN même qui est le schéma biologique et l’essence physique de qui vous êtes.

Et si la 5G imitait l’électroporation ? Et si la 5G pouvait faire à grande échelle ce que l’électroporation fait à petite échelle? Nous savons déjà que la 5G a le potentiel d’être mutagène (endommageant l’ADN). Les fréquences utilisées par la 5G, en particulier 75-100 GHz, interagissent avec la structure géométrique de notre peau et des canaux sudoripares, agissant sur eux comme une transmission atteignant une antenne, et affectant fondamentalement nous et notre humeur.

Et si la 5G était utilisée pour ouvrir et fragiliser la peau tissulaire des personnes de Wuhan afin de permettre au nouveau coronavirus à arme biologique de s’infiltrer plus facilement?
There’s A Connection Between Coronavirus And 5G (Il y a des connexions entre le coronavirus et la 5G !), Humans are Free, February 19, 2020

Sylvie FOURCADE

Restored Republic via a GCR as of March 12, 2020

Previous article

RV/Intelligence Alert: “Full-Scale” — March 12, 2020

Next article

You may also like

Comments

Comments are closed.

More in Deep State